Non classé

Costa Rica chapitre 4 : street food

Je vais fermer le premier tome de cette épopée gloutonesque avec les petites merveilles, un peu folles, des rues costariciennes.

Comme tout amoureux de la bouffe, j’affectionne particulièrement la street food. Y’a vraiment quelque chose de particulier dans cet art culinaire (ouais allons-y carrément, n’ayons pas peur des mots) : simple, généreux, convivial et fucking goûteux. Je dirais que c’est une cuisine efficace, qui va droit au but, et le but c’est de se sustenter, certes, mais c’est aussi le plaisir gustatif. Et même si on mange debout dans la rue.

À Puntarenas, toujours avec Tati et Andy, j’ai testé :

  • Les empanadas : ce n’est pas particulièrement une spécialité du Costa Rica mais plutôt un classique latino-américain que l’on trouve un peu dans tous les pays et chaque région, voire chaque cuisinier, a sa variante. Pour ceux qui n’ont en jamais vu ou entendu parler il s’agit d’une sorte de chausson garni de… à peu près tout ce qu’on veut : viande, haricots, riz, fromage… ou tout ça à la fois. Et frit. C’est grassouillet mais quand c’est bien fait, c’est délicieux. Tout est dans la garniture, évidemment !
  • Le Churchill : alors ça c’est complètement what the fuck. Depuis son nom jusqu’à la composition du truc. Franchement, pourquoi ? Comment ? Quel est le projet ? Je ne sais pas… C’est une spécialité de Puntarenas que l’on trouve dans de nombreux restaurants et stands ambulants de la promenade bordant la plage (el paseo de los turistas).
    Niveau de sucre : 💉💉💉💉💉
    Note gustative : 👅  (mais il mérite son petit paragraphe pour son caractère étonnant)
    Composition : glace pilée, « sirop rouge » (un genre de sirop de grenadine mais qui n’a pas vraiment de goût, seulement une couleur rouge over-flashy et un pouvoir sucrant phénoménal), du lait concentré sucré (ça c’est un grand classique chez eux, ils en fourrent partout), des fruits (kiwi, pomme, guanábana, mangue, ananas… ça c’est la partie chouette du truc en fait) et re-du lait concentré pour lier le tout !

©Andres Madrigal

Scrollez tout en bas pour voir une photo surprise.

  • Le sac de tortilla chips qu’on ouvre et dans lequel on verse du chimichurri : Bon et bah voilà, tout est dit. Je sais pas si ça porte un nom mais en vrai c’est con comme pas possible et c’est plutôt bon. Le croustillant/salé des tortilla chips mélangé à l’acidité du chimichurri, moi je valide !

Je dois m’excuser pour cette photo horrible prise avec mon téléphone pourri… mais il fallait bien illustrer ça !

 

  • La leche dormida : une boisson à base de lait, spécialité de la ville de Cañas, dans la région de Guanacaste. La recette est secrète en fait mais je suppose qu’il y a du lait, sans doute de la crème, du sucre, de la vanille, de la cannelle et c’est servi très frais. Sur internet je trouve des recettes qui parlent de jus de citron mais j’aurais tendance à m’inscrire en faux là dessus. De toutes façons on ne saura jamais vraiment. Et dans tous les cas c’est très très bon 😋

Et c’est encore mieux de la déguster avec des amis (ici, Andrey).

Andrey y la leche dormida.

 

  • Le Vigorón : au fond d’un petit sac en plastique, on place une feuille d’amandier lavée puis on ajoute une couche de chou blanc émincé, puis de la yuca (une sorte de patate mais meilleure) en morceau, de la viande de porc (je saurais pas dire quel morceau), des chicharrones (la couenne de porc grillée), du chimichurri et on termine par l’assaisonnement qu’ils appellent vinagreta (un mélange finement émincé de chou fleur, chayote – ou chouchou comme on l’appelle dans les îles françaises –, carotte, concombre, oignon, le tout mariné dans du vinaigre et du jus de citron). Cet assaisonnement est plus ou moins épicé avec du piment. Et franchement, ce gloubi-boulga est plutôt super bon !
  • La « street meat » : dans toutes les villes on trouve des vendeurs de bouffe ambulants, proposant bien souvent des brochettes de viande. Ils installent leur barbeuc à un coin de rue, en gros, ils font leur petit feu… et ils se mettent à griller leurs bâtons de viandes : poulet, bœuf, porc, y’en a pour tous les goûts. Ça fume de partout mais du coup, quand tu sors, tard dans la nuit, d’une soirée un peu arrosée, et que (disons le clairement) tu crèves la dalle, tu n’as qu’à te laisser guider dans les rues par le délicieux fumé, jusqu’au stand de grillade. (en réalité, y’a pas besoin de chercher bien loin, ils se posent généralement à la sortie des bars et des clubs).

Comme je le disais, je clos donc le premier carnet dédié au Costa Rica. Je n’ai pas visité la partie caribéenne du pays qui doit, elle aussi, émerveiller par ses saveurs et ses couleurs… une autre fois pour sûr !

À suivre : CUBA !!! 

Source photo de Une : ©ticotimes.net

 

 

Tatiana, Johnny et moi sur la plage de Puntarenas avec notre Churchill !!!

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply